Mon programme

WeKerz - L'acupuncture, la pointe des interventions bien-être.

Dr Mancuso Vincent Ecrit par le Dr Mancuso Vincent le 20/10/2021

Le principe est de positionner de fines aiguilles à des endroits précis ou « point d’acupuncture » afin de rétablir une énergie dynamique et harmonieuse ayant pu être déséquilibrée par un obstacle (nutritionnel, émotionnel, climatique, traumatique…) responsable de symptômes. Les points d’acupuncture sont très précisément définis sur la peau comme l’endroit où l’énergie circulante est à la fois la plus concentrée et la plus superficielle : ce sont des lieux vides, sans vaisseaux sanguins ou lymphatiques et sans trajet nerveux, connectés les uns aux autres et aux structures anatomiques (cœur, muscles, foie...) le long des « méridiens ».

Les aiguilles d’acupuncture stimulent la libération d’opioïde et augmentent la liaison entre les opioïdes et leur récepteur (1,2). Les opioïdes permettent la communication entre les neurones (neurotransmetteur) et sont directement impliqués dans les mécanismes de la douleur. Cette technique permet également de moduler l’activité de l’aire cérébrale impliquée dans les émotions (aire limbique) et dans les processus chroniques tels que les symptômes douloureux (3).

Par ailleurs, l’acupuncture régule les protéines et les cellules réparatrices présentes dans les tissus mous (fibroblastes), ce qui conduirait selon des études récentes à restaurer l’intégrité des tissus conjonctifs (4).

L’acupuncture a démontré son efficacité, comparée à « une fausse acupuncture » (aiguilles disposées au hasard) pour :
 
- Les douleurs musculo-squelettiques et ostéoarticulaires chroniques : ‘’acupuncture améliore la douleur et la qualité de vie dans la prise en charge des douleurs chroniques musculo-squelettiques, en particulier dans les lombalgies chroniques (5,6). Le bénéfice de l’acupuncture était constant dans le temps et se maintenait à 1 an selon une méta-analyse récente (7). Par ailleurs, l’acupuncture réduirait également les douleurs articulaires en améliorant les capacités fonctionnelles des patientes recevant une hormonothérapie au long cours pour un cancer du sein (10).
- La bouffées : elle réduit de 35% à 40% la fréquence des bouffées de chaleur liées à la ménopause (8), mais également la survenue des bouffées de chaleur liées aux traitements des cancers, en particulier des cancers du sein (9).
- Les troubles de l’érection : l’acupuncture spécifique aux dysfonctions érectiles permet une érection qualitativement satisfaisante pour 68,4% des patients contre 9% dans le groupe placébo dans la prise en charge des troubles de l’érection d’origine psychogène (11).
- Le sevrage tabagique : l’acupuncture est utilisée dans l’aide au sevrage en nicotine seule ou en complément aux substituts nicotiniques.

Le nombre de séance est à définir avec le thérapeute en fonction de plusieurs paramètres, mais il faut généralement une dizaine de séances.

Il n’existe aucune précaution d’emploi liée à l’acupuncture. L’acupuncture est une technique sûre quand elle est réalisée par un professionnel. Des études de plus d’un million de traitement ont estimé le risque d’effet secondaire à 0,05 pour 10 000 traitements et de 0,55 pour 10 000 patients (12).

Les rares effets indésirables de l’acupuncture sont :
- Le saignement au niveau du site d’implantation de l’aiguille.
- La douleur localisée au niveau de l’aiguille.

1.         Han J-S. Acupuncture and endorphins. Neurosci Lett. 6 mai 2004;361(1‑3):258‑61.
2.         Harris RE, Zubieta J-K, Scott DJ, Napadow V, Gracely RH, Clauw DJ. Traditional Chinese acupuncture and placebo (sham) acupuncture are differentiated by their effects on mu-opioid receptors (MORs). NeuroImage. sept 2009;47(3):1077‑85.
3.         Hui KK, Liu J, Makris N, Gollub RL, Chen AJ, Moore CI, et al. Acupuncture modulates the limbic system and subcortical gray structures of the human brain: evidence from fMRI studies in normal subjects. Hum Brain Mapp. 2000;9(1):13‑25.
4.         Langevin HM, Churchill DL, Wu J, Badger GJ, Yandow JA, Fox JR, et al. Evidence of connective tissue involvement in acupuncture. FASEB J. 10 avr 2002;16(8):872‑4.
5.         Berman BM, Langevin HM, Witt CM, Dubner R. Acupuncture for Chronic Low Back Pain. N Engl J Med. 29 juill 2010;363(5):454‑61.
6.         Vickers AJ, Vertosick EA, Lewith G, MacPherson H, Foster NE, Sherman KJ, et al. Acupuncture for Chronic Pain: Update of an Individual Patient Data Meta-Analysis. J Pain Off J Am Pain Soc. 2018;19(5):455‑74.
7.         MacPherson H, Vertosick EA, Foster NE, Lewith G, Linde K, Sherman KJ, et al. The persistence of the effects of acupuncture after a course of treatment: a meta-analysis of patients with chronic pain. Pain. mai 2017;158(5):784‑93.
8.         Avis NE, Levine BJ, Danhauer S, Coeytaux RR. A pooled analysis of three studies of nonpharmacological interventions for menopausal hot flashes. Menopause N Y N. 2019;26(4):350‑6.
9.         Wang X-P, Zhang D-J, Wei X-D, Wang J-P, Zhang D-Z. Acupuncture for the relief of hot flashes in breast cancer patients: A systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials and observational studies. J Cancer Res Ther. sept 2018;14(Supplement):S600‑8.
10.       Crew KD, Capodice JL, Greenlee H, Apollo A, Jacobson JS, Raptis G, et al. Pilot study of acupuncture for the treatment of joint symptoms related to adjuvant aromatase inhibitor therapy in postmenopausal breast cancer patients. J Cancer Surviv Res Pract. déc 2007;1(4):283‑91.
11.       Engelhardt PF, Daha LK, Zils T, Simak R, König K, Pflüger H. Acupuncture in the treatment of psychogenic erectile dysfunction: first results of a prospective randomized placebo-controlled study. Int J Impot Res. oct 2003;15(5):343‑6.
12.       Witt CM, Pach D, Brinkhaus B, Wruck K, Tag B, Mank S, et al. Safety of acupuncture: results of a prospective observational study with 229,230 patients and introduction of a medical information and consent form. Forsch Komplementarmedizin 2006. avr 2009;16(2):91‑7.